L'établissement de la paroisse mère de Saint-Basile fait suite au premier mouvement de colonisation aux abords du fleuve Saint-Laurent. Issue de la concession des seigneuries Jacques-Cartier, Dombourg, d'Auteuil ainsi que de la baronnie de Portneuf, Saint-Basile est l'une des premières municipalités à être fondée au-delà des terres longeant le fleuve. Les pionniers, originaires des anciennes paroisses riveraines du Saint-Laurent, notamment de Cap-Santé, commencent à défricher le territoire au milieu du XIXe siècle.  Les habitants formulent des requêtes pour l`établissement d`une paroisse à partir de 1836, mais sa première érection canonique eut lieu le 28 février 1843.  La paroisse de St-Basile était alors composée de parties des seigneuries de Neuville ( Dombourg ) et d`Auteuil. L’ouverture des registres des baptêmes, mariages et sépultures à Saint-Basile a eu lieu le 14 janvier 1847, année considérée comme celle de fondation de la localité. Lors de la deuxième érection canonique le 19 mars 1857, on ajouta les concessions de Sainte-Madeleine, Saint-Jacques, Terrebonne et Petit-Bois-de-l`Ail . L'érection civile est proclamée le 31 mai 1858.  Une partie du territoire est détachée en 1948, pour créer la municipalité du village de Saint-Basile-Sud.  À l'aube de l'an 2000, ces deux municipalités homonymes se sont regroupées pour former une entité unique, soit la Ville de Saint-Basile.

 

Le nom donné à la paroisse d'origine commémore le souvenir de saint Basile le Grand, évêque et théologien grec qui devint archevêque de Césarée et qui défendit la liberté de son peuple face à l'Empereur romain au IVe siècle.

Les Films Raymond Dion

        Raymond (Dion) a toujours été un passionné de cinéma. Quand en 1962 il acquiert sa première ciné-caméra pour pellicule de format 8 mm, il s’en sert non seulement pour filmer des souvenirs de famille ou d’événements, mais aussi pour tourner des films sur des scénarios qu’il imagine. Influencé par les vues à la mode qu’il voit à la télévision et au cinéma (il est projectionniste au théâtre Saint-Basile à l’époque) il réalise trois courts métrages en noir et blanc dont l’histoire se passe lors de la Seconde Guerre mondiale et dans lesquels il se met lui-même en scène comme acteur.  Occupé par la suite à des activités de loisirs auprès des jeunes pendant quelques années, Raymond se remet au cinéma en 1969. Il entre alors dans une période intense de réalisation. Il écrit des scénarios et élabore des découpages techniques détaillés. Fort de son expérience et de ses connaissances acquises par observation, il tourne de façon plus structurée avec une nouvelle caméra super 8. Il adapte les prises de vues aux paysages, il monte des décors pour les scènes intérieures, il expérimente la mise en scène et les jeux de lumière et invente des trucs de tournage. Raymond a tourné à de nombreux endroits : Saint-Basile, Sainte-Christine, Saint-Alban, Saint-Raymond, Donnacona et Québec. Environ trente-cinq acteurs et actrices ont joué dans ses films, sans compter les figurants, tandis que d’autres ont coopéré de diverses façons : production, prise de vues, prise de son et de photos, musique, accessoires, etc. Par la réalisation de ses films, Raymond s’est affirmé comme un pionnier du cinéma de fiction sur pellicule petit format. Avec peu de moyens et entouré d’une équipe d’amateurs qu’il dirigeait avec assurance, confiance et sagesse, il a réussi par son talent exceptionnel à créer une œuvre artistique d’une valeur peu commune. Pour nous, c’est une richesse. 

                                                                                                                 - Denis Fiset

Pour télécharger le texte en entier cliquez ICI

 Soirée de présentation du film X... Y... Z... le 21 septembre 2013, soit 43 ans après le tournage, à la salle Les Promenades d’antan, Saint-Basile. De g. à d.: Guy Leclerc, Claude Trudel, Michel Béland, Robert Bédard, Raymond Dion, Denis Fiset et Alain Dion

 Soirée de présentation du film X... Y... Z... le 21 septembre 2013, soit 43 ans après le tournage, à la salle Les Promenades d’antan, Saint-Basile. De g. à d.: Guy Leclerc, Claude Trudel, Michel Béland, Robert Bédard, Raymond Dion, Denis Fiset et Alain Dion.

Centenaire de Saint-Basile 

 

En 1947, Saint-Basile fêtait son centenaire.  On profite de l'occasion pour décorer le village, une parade est organisée et une messe pontificale sous la présidence d'honneur de Mgr Maurice Roy évêque auxiliaire de Québec est célébrée en plein air. 

Lieux et gens de chez-nous

*Montage vidéo et choix des photos réalisé par Yves Marcotte

Les oeuvres d'Anne-Marie Matte

Née à Saint-Basile, la peintre à l’aiguille Anne-Marie Matte (1907-1977) était une femme avant-gardiste et fort talentueuse. Au Canada, elle était une des seules personnes, sinon la seule, à broder des tableaux avec la technique du point passé empiétant.  La Société d’histoire de Saint-Basile a publié en 2010 un livre sur cette grande dame intitulé La dame à l'aiguille. Voici maintenant ses oeuvres Pour plus de détails, consulter la page publications

plus d'images d'autrefois..

Ci-contre à droite  :                          Photos de ancienne école et étudiants

St-Basile Station-Ouest, près de la jonction du Rang de St-François-Ouest et du rang du Petit Bois de l`Ail .

Fonds Clément (Daniel) Frenette

img979.jpg
img982.jpg
img983.jpg

Suivez-nous sur Facebook

Société d'histoire St-Basile-de-Portneuf inc.

Président : Michel Béland

  • Facebook Social Icon

 

2-6, rue St-Georges, Saint-Basile-de-Portneuf, (Québec), GOA 3G0

Liens utiles

© 2016 SHSBP inc., construit avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now

Raymon Dion, 1962